activities.Fondation Musée de la Paix de Gernika
Logo de Google
FondationMuséedelaPaixdeGuernica
Mas

Musée de la Paix de Gernika

Musée
Home >> Activités
| More
Archives
7ème édition de l'Embarquée Artiviste. Droits et devoirs transfrontalière : Sauter le Mur de la honte.
20/05/2016
  • ..

Présentation

Durant cette 7ème édition de l’Embarquée Artiviste(20-21 mai à Donostia), nous naviguerons à travers le désert en mettant nos cercles de discussions et les labos CréActif au service du peuple Saharaui.

Vendredi 20 mai, 18-21h00 (Jaima Tuiza, Museo San Telmo, San Sebastián)

Dans la Jaima Tuiza, que l’artiste Federico « Fico » Guzmán a installé au Musée San Telmo de San Sébastian, dans le cadre du programme « Entre Arenas » du Faro de la Paz, nous célèbrerons la « rencontre comme une œuvre d’art ». Nous nous rassemblerons pour un cercle de parole avec 5 référents de l’art et de l’activisme pour les droits du Sahara Occidental : l’artiste Fico Guzmán, le poète Limam Boicha, La mère-courage Takbar Haddi et les activistes Hayat Erguibi et Yamila Dambar, tout deux participants du camp de résistance de Gdeim Izik – créé le 10.10.10 à seulement 15 de Aaiun et qui en quelques semaines a réuni près de 30 000 personnes réclamant paix, travail, dignité mais aussi les droits politiques pour les Marocains – et que l’on considère comme les précurseurs du Printemps Arabe. Au cours de ce cercle de parole, parlerons de l’ « Intifada de l’art » (le soulèvement de l’Art), une forme de résistance non-violente à l’oppression de l’occupant par des moyens culturaux. Car en plus de défendre internationalement la cause Saharaui et de conserver son patrimoine et son identité, l’art est un moyen de transformation personnelle et collective. Une personne artiste transcende ses conditions d’exile, de marginalisation ou d’occupation et se transforme en co-créateur du destin de son peuple.

Samedi 21 mai 11-19h / 19-21h / 21-00h (Museo San Telmo y Plaza Zuloaga, San Sebastián)

La journée du samedi sera divisée en 3 parties

La 1ère partie de 11 à 19h sera un labo CréActif où nous réaliserons une performance, une choré-géographie[1] intitulée « La route du Sahara Occidental ».

Au cours de la 2ème partie, il y aura la représentation de la dite « Route du Sahara Occidental ». Sur une mappemonde grand format, nous représenterons corporellement et plastiquement, les temps de la colonie, de l’appel à la Marche Verte (ou l’invasion Marocaine), de l’exile aux camps de Tinduf. Nous présenterons le « Mur de la Honte » qui divise les territoires et les familles Saharauis grâce aux champs de mines du monde. Nous localiserons les pillages des ressources naturelles, ainsi que les lieux de discrimination et d’oppression de la population. Nous ferons aussi voir l « Intifada Pacifique », la résistance Saharaui dans le camp de Gdeim Izik, les zones en cours de libération et les zones libérées. Nous complèterons la carte avec des symboles et des éléments de la culture et de la tradition Saharaui.

Pour finir, dans la 3ème partie(de 21:00 a 24:00), nous célèbrerons une Yeltsa Asaharauia, une soirée Saharaui. Nous silhouetterons la mappemonde avec des bougies et nous l’accompagneront de récits de légendes, de lecture, de poésies et de chants, et nous veillerons pour prendre conscience de la situation dans le monde, autour d’un thé.

ARTISTES ET ACTIVISTES INVITÉS :

Federico Guzmán (“Fico”), artiste et activiste andalous, collaborateur d’Artifariti : Rencontres internationales d’Art et des droits de l’Homme dans le Sahara occidental, et de l’école d’art Saharaui. Quelques un de ses projets récents : Aide humanitaire dans le Premier Monde, Nuit Blanche de Totonto (avec Cambalache), la chanson du Tomaco, MEIAC Badajoz, l’Autre en Défi, L’université de l’Atlantique, Barranquilla etc. Il a aussi publié des textes comme : « The Art of Saharaui cooking » dans le cadre du documentaire de Kassel avec Robin Kahn ou pour le livre « Destruction et construction du territoire IV » de l’Université Complutense de Madrid. Son projet actuel est la Jaima Tuiza du musée San Telmo de San Sébastian, dans le cadre du projet de « Entre Arenas ».

Limam Boicha : Né dans le Sahara occidental en 1972. Avec l’Invasion du territoire Saharaui par les Marocains en 1975, Limam, comme beaucoup d’autres jeunes, a fuit à Cuba, où il a obtenu une licence de Journalisme à l’Université d’Orriente. Après 13 ans passé l`-bas, il est revenu dans les camps de réfugiés et a travaillé pendant 4 ans pour la Radio Nationale Saharaui. I réside actuellement en Espagne. Il est aussi l’auteur de « Los versos de la Madura » (2004) et membre du groupe poétique « Génération de l’Amitié Saharaui » et de l’association « Bubisher de Escritores/as pour le Sahara ».

Hayat Erguibi : Activiste Saharaui des droits de l’Homme, résidant en Espagne. Incarcérée et torturée dans la Prison Noire de El Aaiún. Participante à la protestation pacifique de Gdeim Izik, elle est aussi militante active dans la lutte pour l’autodétermination du Sahara Occidental. Membre du « Foro du Futuro de las Mujeres Saharauis en zone occupée » ; Membre de « l’Equipe Média » – organisation de journalisme de la résistance, fondée dans le Sahara Occidental – et collaboratrice du Festival International de Cinéma du Sahara (FiSahara) et aussi de la « Maison Sahara Aminetu Haidar » à Séville.

Yamila Dambar : Activiste de El Aaiún Occupé qui a convertit son intention en dénonçant au monde entier la Barbarie Marocaine et qui lutte aujourd’hui, pour la fin de l’occupation de son pays. Son frère Said Dambar est mort dans les mains de la Police Marocaine en décembre 2010. Avec une balle dans la tête, son frère a été déposé dans un congélateur de la morgue d’El Aaiún pendant 17 mois, refusant ainsi à sa famille le droit de lui faire subir une autopsie impartiale. Finalement le corps de Said a été enterré à la va-vite en janvier 2012, sans la présence des membres de sa famille. Sa famille et la communauté internationale continuent de demander justice pour ce crime.

Takbar Haddi : « Mère-Courage » du jeune assassiné Haidala Mohamed Lamin (21 ans). Haidala a été maltraité, n’a pas été soigné à l’hôpital marocain et est, par conséquent, décédé de la suite de ses blessures. Il y a un an, le 15 mai 2015, Takbar a commencé une grève de la fin indéfinie et continue, encore aujourd’hui, son activisme contre l’injustice avec le soutien de centaines de personnes qui s’ajoutent chaque jour à son mouvement de grève de la faim.

[1]Choré-géographie : concept créé par l’artiste et activiste – Artiviste – colombienne Carolina Caycedo. Cela signifie refaire tous les mouvements quotidiens collectifs sur un territoire, symbolisant ainsi la résistance au pouvoir colonial.

Collaborateur: San Telmo Museoa

Contactez-nous

zuzendaritza.museoa@gernika-lumo.net

PDFs

Organisateurs

Musée de la Paix de Gernika, Gernika Gogoratuz et Donostia 2016

Collaborateur: San Telmo Museoa

Activités relationnées

Publications relationnées

    7. Itsasoratze Artibista: Mugarteko eskubide eta ardurak / 7º Embarcada Artivista: Derechos y deberes transfronterizos

© 2017. FondationMuséedelaPaixdeGernika | COPYRIGHT | PROTECTION DE DONNÉES | MARCHÉS PUBLICS&CONTRACTS | ACCESSIBILITÉ